Keus

Default – Inside Line Equipment

Scroller pour en savoir plus ThomasThomas - founder / mad of backpacks -

Je suis tombé sous le charme de la marque Inside Line Equipment il y a quelque temps déjà, et lorsque j’ai reçu mon premier sac Default je n’ai pas été déçu, bien au contraire… Le choix entre un 18L et un 25L n’a pas été facile, mais j’avais trouvé la photo géniale de ce mec à la casquette sur internet et comme je prends toujours beaucoup de choses lorsque je me déplace, j’ai choisi la version 25L.

Sa forme de boite d’allumette évoquait pour moi la fonction première du sac à dos : contenir quelque chose. J’aimais son côté essentiellement fonctionnel.

Il a aussi fallu que je choisisse entre la version Cordura®1000D et la version X-PACTM, la différence de prix étant relativement conséquente. Mais, la différence de poids l’étant aussi (plus de 200 grammes) j’ai décidé de choisir la version X-PACTM. Pour bien comprendre ce qui caractérise ces deux matières, je vous invite à cliquer ici 😉 . Que votre sac soit en Cordura® ou en X-PACTM, vos affaires seront protégées de la pluie, grâce au tissu présent à l’intérieur du sac qui lui est, totalement étanche.

Ce sac offre la possibilité de bien organiser son matériel : avec ses 6 poches (dont 2 zippées et 2 latérales) je peux trier facilement mes affaires. Ranger une bouteille sur un des côtés, par exemple, de petits objets dans la poche du bas (des câbles, un chargeur, une petite trousse), un bloc notes au format A4 sur la poche avant (elle est munie d’un zip étanche) et des crayons, des écouteurs, de la nourriture, un livre et un antivol dans les poches avant.

Ce qui est pratique, c’est que j’ai accès à toutes ces poches sans devoir ouvrir complètement mon sac. Et, lorsque je veux ranger quelque chose de plus volumineux, dont j’ai moins besoin rapidement (comme des vêtements, par exemple), j’utilise le compartiment principal. La fermeture du sac en roll-top est doublée de boutons pressions et d’une sécurité avec des velcros. Ce système permet de bien garder mes affaires au sec et ça reste plus rapide à ouvrir qu’une ouverture zip classique. À l’intérieur, le compartiment principal ne comporte pas de pochettes séparées : je peux y mettre mes affaires en vrac.

Comme je fais beaucoup de vélo, j’apprécie énormément la sangle sternale réglable, la ceinture ainsi que les sangles de compression: je sens que le sac suit les mouvements de mon corps et qu’il ne se balade pas dans mon dos. D’autre part, les bandes rétro-réfléchissantes sont hyper efficaces lorsque je roule de nuit. Je trouve que cette fonctionnalité est bien intégrée au sac, contrairement à ce que je vois en général.

Le dos est composé d’une mousse bien épaisse et de tissu mesh pour que l’air circule entre mon dos et le sac. D’ailleurs, le dos est bien droit, ce qui est bien lorsque je m’en sers pendant plusieurs heures : mon centre de gravité n’est pas trop déporté, donc je ne fais pas de mauvais effort pour compenser le volume du sac. Vous pouvez éventuellement fixer des petits objets aux bretelles grâce aux boucles en plastique situées dessus. Personnellement, je m’en sers pour y fixer mes clefs.

Comme vous le voyez sur mes photos, il y a plusieurs coutures en bartak à différents endroits du sac. Ces coutures en « zig-zag » (lorsqu’elles sont bien faites et qu’elles ne rongent pas trop les tissus à assembler…) sont très résistantes. Elles sont parfois décoratives, mais souvent bien fonctionnelles, comme c’est le cas ici. Elles participent au renforcement du sac à des points clés, souvent très sollicités.

Quand je choisis un sac, je me demande toujours d’où viennent les accessoires. Ça peut en dire beaucoup sur les fabricants et leur manière de voir les choses. Ici, les boucles et clips plastiques utilisés sont des Us-Molding, fabriquées par Duraflex aux États-Unis et les zips proviennent de la marque YKK. Duraflex et YKK sont les deux plus gros fabricants d’accessoires et ne fabriquent que des produits fiables. Bien sûr, le sac est plus cher, mais je suis sûr, non seulement que le zip de ma poche ne cassera pas, mais en plus que son étanchéité est réelle et durable.

Autre point très important selon moi : les sangles. Sur un sac à dos, les sangles peuvent être nombreuses : elles servent pour le réglage vertical des bretelles, mais aussi au niveau du sternum, de la ceinture, des différentes poignées de portage, pour la compression du sac, etc… Sur ce sac, elles servent aussi de structure. Une bonne sangle doit être résistante, bien sûr, mais aussi très souple. Autrement dit, en polyester ou en polyamide plutôt qu’en polypropylène (pas facile de faire la différence, me direz-vous ! Mais ça fera l’objet d’un prochain article).

Je regarde aussi si le fabricant a utilisé des biais (ce qui est le cas ici). Le biais est un type de sangle, qui permet d’assembler deux bouts de tissus entre eux. Typiquement ici, entre le tissu X-PACTM extérieur et le X-PACTM intérieur, ou entre le polyester extérieur des bretelles et le mesh intérieur. L’intérêt d’un biais est double : il assemble les tissus, comme dit auparavant, mais il permet aussi de renforcer les extrémités du sac et de protéger des zones très exposées à l’usure.

Cela fait maintenant plusieurs mois que j’utilise presque tous les jours ce sac et je dois dire qu’il n’a pas bougé d’une couture. J’en suis très satisfait, tant pour sa résistance que pour ses fonctionnalités. La seule remarque que j’aurais à faire au fabricant serait de prévoir un compartiment dédié à un ordinateur portable, même si mon 15 pouces vient s’y glisser aisément 😉

Si cela vous intéresse, vous trouverez une interview très intéressante du créateur de ILE (Eric Fisher) réalisée par Carryology. Il raconte avec quels objectifs il a créée la marque et quels choix « stratégiques » il a préféré faire.

Retrouvez à tout moment le Default 25L dans notre boutique ainsi que son petit frère le Default 18L et d’autres photos sur notre compte Instagram.

Voici ma notation (plus d’informations sur nos critères de notation).